Anatomie comparée

 

Retour au portail du corps humain

Retour au cours: le système osseux

Systeme_locomoteur.html
Corps_humain.html

Retour au portail des sciences

Sciences.html

Le squelette des vertébrés

Si nous comparons les squelettes de quelques vertébrés, nous constatons immédiatement de grandes ressemblances.

le chat

le lapin

le singe

le chien

la poule

la carpe

Adaptation à la course

Comparons les pattes arrière de 3 animaux: l’homme, le chien et le cheval.

Adaptation de la dentition

Comparons les crânes et la dentition de l’homme, du chien, du lapin et de la vache.

Adaptation à la bipédie

homme                   chien                       cheval

Adaptation de la main

Comparons les pattes avant de quelques animaux qui se déplacent de façons très différentes:

l’homme

le chien

le lapin

la vache

A qui appartiennent ces 5 pattes?

bassin

omoplate

L’homme a le bassin plus gros: il doit supporter le poids du corps.


L’omoplate est plus petite.


Les os de la patte arrière plus gros.


Les avant-bras plus mobiles.


La colonne vertébrale qui se fixe sous le crâne.


Une queue qui a régressé.

Comparons les squelettes de l’homme (bipède) et du cheval (quadrupède).

Le poids du corps est réparti sur les 2 pattes arrière.

Le poids du corps est réparti sur les 4 pattes.

L’homme est un plantigrade: il marche sur la plante des pieds.

Le chien est digitigrade: il marche sur les doigts.

Le cheval  est onguligrade: il marche sur les ongles (sabots).



On remarque chez les animaux bien adaptés à la course:

talon

fémur (cuisse)

Le métatarse

(plante du pied)

tibia & péroné

Le dauphin se déplace dans l’eau: sa patte s’est transformée en pagaie (nageoire).


L’otarie se déplace dans l’eau et sur terre: sa patte est une version intermédiaire entre l’homme et le dauphin.


La chauve-souris se déplace dans l’air: sa patte s’est transformée en aile: les doigts, très longs, soutiennent une membrane d’une grande surface.

Les artiodactyles ont un nombre de doigts pair. Les doigts 2 et 5 ont tendance à régresser.


Les périssodactyles ont un nombre de doigts impair. La tendance à la réduction du nombre de doigts trouve son aboutissement avec le cheval, qui ne court que sur un seul doigt par patte (le 3e).

talon

talon

sabot (= ongle)

doigts

Si on représente l’homme et le cheval à la même taille et à 4 pattes, on remarque que, par rapport au cheval...

... l'homme s'est adapté à la station debout et à la bipédie (il marche sur 2 pieds: ses pattes arrière sont donc renforcées.














Remarque:

Un relèvement de la position du pied.

Une réduction du nombre de doigts.

Une diminution de la mobilité des articulations.

Une tendance à fusionner les os (tibia & péroné).

Clique sur le poignet du cheval

11111111111111.html
111111111111111.html






tous les 5 doigts ont gardé leur importance.


le poignet est très mobile (fragile, mais très pratique pour toutes sortes de manipulations).


le pouce (doigt n°1) peut s’opposer aux 4 autres et permet de tenir des objets (préhension).

L’ homme qui court se dresse sur ses orteils: il devient digitigrade.

Ses talons ne touchent plus le sol.

Retour au portail de biologie

Biologie.html
mailto:jeanduperrex@bluewin.ch?subject=Courrier%20du%20site

L’homme ne marche pas sur ses mains:

chez le cochon, les doigts 2 & 5 ont régressé. Mais ils gardent une utilité dans un terrain boueux: ils permettent d’augmenter la surface de contact au sol: ils s’enfoncent moins.

Remarque:

111111111111111.html
111111111111111.html
111111111111111.html
111111111111111.html
111111111111111.html
111111111111111.html
111111111111111.html
111111111111111.html

Compare les squelettes de ces 2 animaux.